contact@lameutefrance.fr

Le berceau de mon enfance est en flammes

(Maria Callas, La mama morta)


La nouvelle tribune de l’armée, de la part de soldats d’actives cette fois, fait trembler encore plus les factieux du gouvernement bien qu’elle ne soit pas officiellement publiée à l’heure où j’écris ces quelques lignes.

Que n’avons-nous pas tenté d’alerter depuis des années ce qui est devenu un fait aujourd’hui ?

Fallait-il que nos courageux soldats prennent eux même la plume pour qu’on entende enfin une réalité qui hurle dans le désert idéologique et destructeur de la bienpensante islamo-gauchiste ?

Mais ils ne veulent rien entendre. Même pas leurs propres mensonges. Même pas leurs propres défectuosités. Même pas leurs erreurs. La dictature macroniste c’est mise en marche parce que l’on a joué sur la peur ancienne des français, parce que l’on a joué le jeu, encore, d’une Europe de papiers aux mains pleines de sang. Et ce sang, ce sont nos agriculteurs qui le versent, nos soldats qui le perdent, nos Forces de l’Ordre qui en paient le prix.

Et pour quoi ? Parce qu’on associe sans réels et autre motifs les volontés de faire grandir notre pays, de prendre soin de notre patrie en la défendant, et d’en faire une terre non plus d’asile mais de colonisation.

Non content d’asséner un fait, nos militaires ne font qu’alerter une fois de plus sur notre avenir, sur le devenir de notre patrie, rejoignant les voix de cette « extrême droite » que l’on désigne à la vindicte pour se donner bonne conscience et qui tente d’alerter, sous les coups de la dictature, sur ce même état de fait.

J’ai dit « dictature » ? Oui. Et je l’assume. Quand un gouvernement cloue la liberté d’expression sur les portes de granges, quand il condamne et emprisonne les opposants, quand il utilise les milices pour instiller la peur, c’est alors un pays sous dictature.

Et alors que l’on nous brandi à la face comme des lois divine la Constitution, on viole cette grande dame sans consentement dans des accès de gérontophilie cyniques pour asservir un peuple qui ne parle que de liberté.

« La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres « . Il n’est rien de plus vrai aujourd’hui quand on interdit le blasphème, la rhétorique, l’opposition des uns pour que les autres soient plus libres de haïr, de condamner, d’humilier et d’insulter.

Racisme ? Quel racisme ? Le seul « racisme » qui a lieu aujourd’hui est dirigé contre les « blancs ». Et certains estiment qu’il n’y a pas de racisme à dire « sale blancs », « salaud de français », « fromage blanc », etc. Encore une fois, cette volonté de garder des œillères qui bouchent la vue et l’ouïe.

Policiers assassinés, caillassés, incendiés. Pompiers caillassés et insultés. Personnels soignants frappés et insultés. Français ostracisés, pays humilié, trompé et haï par ceux-là même qui ont pourtant mandat de le défendre et de le protéger.

Continuez donc à croire les organes soumis à la volonté de cette bien-pensance qui vous dit qui détester et qui haïr. Car si on parle tant de « violences policières« , ce n’est pas tant pour vous protéger, soi-disant, mais pour pouvoir vous imposer la haine de ceux contre qui, justement, nos Forces de l’Ordre et notre armée nous protègent.

Et je suis consterné de voir tant de gens bien se fourvoyer dans cette haine voulue des autres, dans cette division des uns les autres, dans cette acceptation de la soumission à l’islamo-gauchisme.

Parce que la racaille, les radicalisés veulent détruire notre système, notre mode de vie, notre culture, ils doivent abattre nos Forces de l’Ordre, notre armée, afin de pouvoir assouvir leurs plus vils instincts moyenâgeux.

Et quand vous prenez faits et cause contre les Forces de l’Ordre, vous faites le jeu de vos pires ennemis. Vous faites le jeu de la guerre civile à venir. Vous faites le jeu de la destruction de notre pays.

Et l’on pointe d’un doigt tremblant, hier les Forces de l’Ordre, aujourd’hui notre armée que l’on humilie devant ceux qui détestent la France en reconnaissant des faits imaginaires, en cherchant à plaire à l’ennemi déclaré de la France. On accuse notre armée d’avoir fait son devoir, son travail, d’avoir obéie aux ordres. Et aujourd’hui qu’ils osent, non pas de désobéir mais de s’affranchir du bâillon imposé, on parle de désobéissance, de tentative de « putsch« , de déstabiliser notre pays pourtant déjà vacillant, en énonçant ce qui est et restera un fait.

Demain, on vous dira de détester nos soldats, comme ils l’on fait de nos Forces de l’Ordre.

Et vous le ferez tant vous êtes convaincu des arguments fallacieux qui vous pousse à détester les « flics ».

La France, alors, sombrera dans une guerre civile sanglante ou les pires crimes seront commis, les uns au nom d’Allah, les autres au nom de la France.

Et on demandera alors à nos soldats de prendre parti, à nos Forces de l’Ordre de rétablir l’ordre, sans chercher à faire quelque mea culpa, sans reconnaître une seule fois que l’on s’est laissé tromper consciemment, toute honte bue.

Et ils seront les héros adulés, applaudis, pour être encore plus détestés ensuite.

Le berceau de mon enfance est en flamme, ma France est en flamme, est on interdit aux pompiers d’éteindre l’incendie…

R.P.

VOTRE AVIS

2 réponses

  1. doménico Gadaleta dit :

    Et c’est gens aux responsabilités qui insultent nos soldats et généraux alors qu’eux même n’ont jamais risqués leurs peaux pour la patrie. La grande majorité d’entre eux n’ont même pas fait leur service militaire. Macron chef des armées pfffffff il ne sait même pas tenir un fusil. Consternant.

    VOTRE AVIS
  2. doménico Gadaleta dit :

    Ah oui j’oubliais Merci pour l’article.

    VOTRE AVIS

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic.
Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité ét d\\\'analyse.
View more
Cookies settings
Accept
Decline
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie nameActive

L’adresse de notre site Web est : https://lameutefrance.fr.

Utilisation des données personnelles collectées

Commentaires

Quand vous laissez un commentaire sur notre site web, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, mais aussi votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse de messagerie (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Si vous êtes un utilisateur ou une utilisatrice enregistré·e et que vous téléversez des images sur le site web, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les visiteurs de votre site web peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Formulaires de contact

Cookies

Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse de messagerie et site web dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous avez un compte et que vous vous connectez sur ce site, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Statistiques et mesures d’audience

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Durées de stockage de vos données

Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les utilisateurs et utilisatrices qui s’enregistrent sur notre site (si cela est possible), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les utilisateurs et utilisatrices peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur nom d’utilisateur·ice). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Transmission de vos données personnelles

Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.

Informations de contact

Informations supplémentaires

Comment nous protégeons vos données

Procédures mises en œuvre en cas de fuite de données

Les services tiers qui nous transmettent des données

Opérations de marketing automatisé et/ou de profilage réalisées à l’aide des données personnelles

Affichage des informations liées aux secteurs soumis à des régulations spécifiques

Save settings
Cookies settings
%d blogueurs aiment cette page :