contact@lameutefrance.fr

Lettre à Maggy, par Robert Paturel

Ensemble nous sommes plus fort

Ma chère Maggy.

Je crois que le 12 novembre 2018 sera à jamais marqué par le sceau de l’infamie en ce qui me concerne . Comment a-t-on pu agir pour que tu en arrives là ? Comment a-t-on pu agir comme ça avec toi ? Qu’as tu bien pu entendre dans ton entourage ?

Maintenant que je connais exactement ce qui t’a poussée à te donner la mort, je reste pantois, car  pour moi c’est une « broutille ». Certes ceux qui t’entouraient à ce moment  ne t’ont sûrement pas aidée à surmonter cet obstacle, mais  bon Dieu, tu m’aurais appelé, nous aurions trouvé une solution.

Je reste triste à jamais qu’un tel gâchis n’est pas pu trouver une issue.  Nous nous sommes vus peu de temps avant, quand tu m’as fais le plaisir de participer à l’un de mes stages , tu devais déjà traîner alors ce lourd secret, je m’en veux de ne rien avoir détecté.

Nous nous sommes connus à la première réunion du mouvement des Policiers en colère, j’ai refusé le poste de Président car j’avais estimé qu’il valait mieux un Policier de l’active et notamment une femme. Tu étais d’ailleurs volontaire, le choix était fait . Je m’en veux à présent d’avoir aidé à ta désignation.

Tu restes pour moi cette femme enjouée, toujours à l’écoute des autres, avec un coeur gros comme ça. Tu n’as pas supporté la honte qui se profilait et tu as estimé que c’était la seule solution. Mais tu n’as sûrement pas pensé au mal que tu allais nous faire, me faire. Lors de ton grand départ j’ai fait la connaissance de tes parents, des gens dignes, comme je les imaginais. Tu nous manques Maggy et ton trou dans l’eau n’est pas prêt de se refermer pour nous tes vrais amis qui t’aiment pour toujours.

Repose en paix Maggy.

Robert Paturel

Une réponse

  1. François Galvaire dit :

    Merci Robert de ton passage chez nous. Nous sommes très fier de t’y accueillir ! On parlera de tes bouquins dans le prochain numéro…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :