contact@lameutefrance.fr

ANTIFAS BLM

J’éprouve une certaine fascination pour les mouvements politico-socio-urbains qui ne se définissent que CONTRE. On ne sait pas trop ce pour quoi ils se battent, on sait juste que c’est contre quelque chose. C’est-à-dire qu’ils ne se définissent que dans une rivalité, et qu’ils ne peuvent exister sans un ennemi désigné. Et l’ennemi serait donc le Fascisme, ou ce qu’ils considèrent comme tel, ce qui n’est pas nécessairement la même chose. Tout un programme.

 La plupart de ces groupes sont antigouvernementaux et anticapitalistes, et appartiennent à des mouvances d’extrême gauche anarchistescommunistes ou trotsktistes. Ils mettent l’accent notamment sur la lutte directe – et souvent violente – contre l’extrême droite (ou jugée ainsi) et la droite souverainiste, ainsi que contre tout ce qui ressemble de près ou de loin à du patriotisme. Jusque-là, vous me direz à raison qu’on n’a pas appris grand-chose qu’on ne savait déjà. Et ça va continuer encore un peu.

Suite à la mort de George Floyd aux USA, les mouvements Black Lives Matter (BLM), ont commencé à s’organiser pour manifester de manière de plus en plus violente, revendiquant à chaque fois plus pour leur cause et niant aux autres les droits qu’ils s’octroient ou revendiquent. Dans le florilège des exigences agressives de ces gens-là nous avons eu : – les blancs doivent demander pardon pour l’esclavage, – les blancs doivent dédommager les noirs, et toujours à cause de l’esclavage, – les blancs doivent scander sur les terrasses de cafés, bars ou restaurants sur lesquels ils se retrouvent piégés, encerclés, et menacés, des slogans pro afro américains et conspuer le privilège des blancs, – chaque blanc doit donner 10$ (minimum) à chaque noir qu’il croise dans la rue, chaque blanc doit abandonner sa maison des beaux quartiers pour la donner aux afro américains, – etc. … Tout cela sans compter bien évidemment les exactions, pillages destructions, agressions, viols et assassinats. A Chicago, on a atteint et dépassé les + 100% de crimes de sang depuis le début du mouvement BLM … Des villes comme Seattle, Portland et d’autres se sont retrouvées sans service de Police, les budgets de la sécurité ayant été réduits voire annulés et redistribués aux associations BLM et autres Antifas. Ces mouvements se sont aussi parfois organisés en milice et assurent la « sécurité » eux-mêmes.

Bien que les médias français mainstream n’aient pas relayé grand-chose de ce qui se passait là-bas, je pense que vous avez pu en avoir quelques bribes sur les réseaux sociaux.

Vous avez aussi certainement entendu que le gouvernement Trump a déclaré ces mouvements Antifas comme groupes terroristes. Ce que vous ignorez peut-être, c’est le fait que ces groupes bénéficiaient d’une logistique efficace (transport de membres, de vivres, financement des membres miliciens et agitateurs, présence de journalistes aux bons endroits et aux bons moments, …). L’administration Trump a découvert derrière ces groupes agitateurs plusieurs associations de George Soros et des relais avec le parti Démocrate.

A l’ère du tout numérique, je vous suggère d’essayer de taper antifa.com dans votre barre de recherche, et de relire ce billet. Histoire de rigoler.

« Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme. »
ALBERT CAMUS, L’Homme révolté, Gallimard


F.D